Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AFRIKYA  INFOS MEDIAS NET

AFRIKYA INFOS MEDIAS NET

Quotidien des informations générales du Congo Brazzaville et de l'Etranger


Interview de Maître Jean Baptiste Bouboutou Bémba: "Absence de cadre d'expression et de manifestation de l'opposition au Congo".

Publié par Ange Armel MAPOUATA et André LOUNDA sur 30 Août 2017, 16:22pm

Catégories : #Politique

 

Jean Baptiste Bouboutou Bémba, l’un des chevronné en politique dans notre pays a réagi face à la presse concernant : la situation de la Fédération que dirige Madame Claudine Munari, ensuite il a donné son point de vue sur l’organisation des élections législatives et locales et enfin de façon succincte il a donné les perspectives de la fédération de l’opposition du Congo. Ce dernier c’est apprêté à nos micros des journaux Afrikya infos Médias Net et GéoAfriqueMédias.

-Est-ce que vous pouvez vous présenter pour nos lecteurs ?

*Je suis Maître Jean Bouboutou Bémba.

-Est -ce que pouvez-vous nous parler de façon succincte de la Fédération de l'opposition que dirige Madame Munari au Congo ?

*La Fédération de l'opposition que dirige Madame Claudine Munari, est l'essence même de la deuxième convention qui s'est tenue en décembre 2016. Et cette Fédération regroupe en son sein trois plateformes que sont : le FROCAD, l'IDC et ainsi que la composante CJ3M. Ces différentes plateformes ont vu le jour à la veille de la période référendaire pour le changement de la constitution que nous avions combattu et que l'on a considéré que cela est rentré dans le cadre d'un coup d’État constitutionnel pour le non-respect des Institutions de la République, ce qui est anti-démocratique.

-Est-ce que on peut connaître les missions de votre Plate-forme ?

*Les  missions essentielles de notre Plate-forme ou de tout mouvement politique, c'est de combattre d'abord les anti valeurs républicaines, c'est donc de mettre en place un mécanisme perspective de respect des Institutions, de promouvoir la réelle démocratie dans notre pays, de promouvoir le respect des libertés des individus et de leur émancipation afin que le Congo notre pays à tous, soit dans la mire du développement tant souhaité, du progrès tant souhaité, de l’élévation qu'inspire chaque être humain dans son passage sur terre.

-Pourquoi vous n'avez pas participé aux élections législatives et locales ?

*Tout simplement parce que nous avons estimé qu'il y a des préalables, nous sortons  d'une crise forte, violente, vous le savez pour la toute petite histoire vécue pendant la période du referendum où l'actuel dirigeant Monsieur Dénis Sassou Nguesso a fait passer une nouvelle constitution pour qu'il puisse se maintenir au pouvoir et cette période référendaire a connu des soubresauts négatifs, nous avons connus des arrestations arbitraires, des traques, des rafles et même des assassinats, beaucoup de violences ont émaillées le referendum et nous sommes très arrivés à une période d'une élection présidentielle anticipée imposée par le gouvernement en place. Et qui a donné des résultats terriblement contestés qu'on a appelé par un hold-up électoral parce que les résultats qui ont été officialisés et annoncés ne reflétaient la réalité sur le terrain. On dit hold-up électoral, c'est un mot qui est tiré de l'anglais qui est un terme qui dans la langue officielle chez nous le français, c'est un vol ce qui signifie que ce qui se sont arrogés c'est qu'ils ont volé le vote des congolais pour se maintenir au pouvoir, c'est donc mettre à jour le plan dictatorial qui n'a que pour finalité que la longévité au pouvoir pour des satisfactions parfois obscures. Et c'est cette dynamique qui a donné cette impulsion aux acteurs politiques représentés au sein de la Fédération de l’opposition congolaise que dirige Madame Claudine Munari pour combattre cela, dénoncé cela afin que le Congo se remette sur les rails, c'est ce qu'on appelle dans l'universalité commune, la démocratie, la liberté que voilà succinctement.

-Quels sont les perspectives de la Fédération ?

*Elles sont nombreuses, malgré le climat délétère, on ne nous permet pas de nous exprimer, c'est un isolement total de l'opposition, ses acteurs sont surveillés en permanence, on ne peut manifester par absence d'un cadre public, alors que le Congo n'appartient à personne mais à tout le monde, mais nous sommes confiants et il faut beaucoup du courage, nous travaillons sérieusement parce que il n' y a pas un cadre de liberté d'expression, un cadre de liberté d'opinion et de liberté de mouvement ou de manifestation, parce que on est tenu par la bride par un gouvernement illégitime qui s'arc-boute à la tenue des affaires de l’État.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents