Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AFRIKYA  INFOS MEDIAS NET

AFRIKYA INFOS MEDIAS NET

Quotidien des informations générales du Congo Brazzaville et de l'Etranger


Journée Internationale de la Démocratie: constat de Madame Francine Matondo sur l'évolution de la démocratie au Congo et de la place de la femme au Parlement.

Publié par Ange Armel Mapouata et André Lounda sur 15 Septembre 2017, 21:22pm

Catégories : #Politique

 

"Coordonner et impulser avec l’appui des autres départements ministériels, la société civile, les médias et les partenaires au développement, des actions en faveur de la femme. Œuvrer en faveur de l’amélioration du statut de la femme en favorisant sa participation à la vie politique, économique, sociale et culturelle". Nos micros ont été tendus à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la Démocratie à une femme battante, Madame Francine Matongo.

 

 -Bonjour Madame, est-ce que pouvez vous présenter pour nos lecteurs ?

*Bonjour Messieurs, je réponds au nom de Francine Matongo, Juriste de formation, Présidente de l’Association des Femmes Battantes du Congo, Commerçante, je suis une femme d’Affaires, Directrice des Ets Francine Mat, et je suis une femme engagée en politique, membre du Parti Congolais du Travail, le PCT en sigle, membre du Conseil Fédéral de la Ville de Brazzaville, membre du Conseil Central de  L4Organisation des Femmes du Congo, l’OFC, qui est un mouvement féminin et je suis membre du Comité Central de la Force Montante Congolaise, la FMC.

- Est-ce que pouvez-vous nous faire la genèse de votre Association ?

*L’Association Femmes Battantes du Congo existe depuis 2002, elle a pour objectifs et buts : la Solidarité, le Développement, l’épanouissement de la femme, le Bien-être des orphelins et des veuves…etc. Cette Association est à caractère sociale et apolitique et elle existe et elle déjà 15 ans.

-Pourquoi il y a de la léthargie dans votre Association, on ne vous sent pas ?

*Mais non ! Notre Association travaille, et c’est peut être vous qui ne venez pas quand nous avons les activités, et notre Association existe et elle travaille.

-Chaque 15 septembre, l’humanité célèbre la Journée Internationale de la Démocratie. Du point de vue mondial, la démocratie a-t-elle évoluée ou bien elle a régressée ?

*Non, personnellement au constat fait, je crois que la démocratie a bien évoluée au plan mondial, oui, elle a bien évoluée.

-Est-ce qu’avec nos coutumes ancestrales et nos traditions, on peut faire asseoir une démocratie à l’africaine, sans pour autant subir une pression ou ingérence extérieure ?

*Oui , c’est possible, pourquoi pas ! Il y a  même certains pays qui vivent sans des pressions extérieures, c’est possible, et c’est parce que l’on ne dépend plus des autres pays et quand on est en démocratie, on ne dépend plus de l’occident, ça veut dire tout simplement que les pays peuvent vivre et s’en sortir sans pressions extérieures.

-Par rapport au concept démocratie quel est votre dernier mot ?

* Mon dernier mot ! Moi, je suis congolaise et il faut que je puisse parler de mon pays, parce qu’il y a un adage qui dit que « la charité bien ordonnée commence par soi même ». C’est oui, il y a des avancées en démocratie dans notre pays, la démocratie existe, lorsque l’on suit les débats dans les chaînes télévisées, on sent qu’il y  de la démocratie et que les débats sont ouverts et même les débats les plus sensibles, et dans notre pays, on donne la possibilité à tout citoyen de s’exprimer, de dire, ce qu’il pense et d’apporter sa pierre à l’édifice, pour l’amour de la patrie. Et je pense que sur le plan démocratique, notre pays est bien assis.

-En tant que femme, vous êtes satisfaites des résultats des Elections Locales, Législatives et Sénatoriales ?

* En tant que femme ! Je vous dis que je ne suis pas satisfaite de ces résultats, parce que le nombre des femmes au niveau de l’Assemblée Nationale n’a pas changé, donc il n’y a pas eu un grand changement, et pourtant, il y avait cette possibilité. Pourquoi est-ce que l’on ne pouvait pas avoir au moins un vingtaine de femmes ? Et pourtant, c’était possible et je pense, qu’il y a à faire. Je profite également de ce micro pour parler aux femmes qui sont encore hésitante politiquement de s’engager et de ne pas baisser les bras, parce que nous allons arriver à une parité équitable. Pourquoi, je le dis parce qu’il y a des femmes hésitantes et elles se disent, qu’il y a un homme qui se positionne là et c’est que, c’est lui qui va passer, et il faut qu’on essaie de briser ce mythe là en tant que femme politique et d’aller de l’avant. Mon souhait dans les cinq ans avenir que l’Assemblée Nationale, soit composée au moins d’une vingtaine de femmes.

-Il y a eu des élections, mais on ne vous a vu nulle part ?

*Ah ! Je savais, que vous n’êtes pas à jour, j’ai été candidate aux élections locales et municipales sous le logos du PCT.

-Où, et dans quel arrondissement ?

* Voilà, je viens encore de le prouver, que vous ne suivez pas l’actualité, j’étais candidate à Makélékélé, le premier arrondissement de Brazzaville, Francine Matongo, sur la liste du PCT.

-Est-ce que vous avez gagné ?

* Oui, nous avons eu un siège sur la liste du PCT.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents