Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AFRIKYA  INFOS MEDIAS NET

AFRIKYA INFOS MEDIAS NET

Quotidien des informations générales du Congo Brazzaville et de l'Etranger


Congo/ Lutte contre le COVID-19 : Nécessité de collaborer avec la Conférence Episcopale du Congo

Publié par André LOUNDA et Ange Armel MAPOUATA sur 9 Mai 2020, 16:50pm

Catégories : #Société

 

 | 

En prélude à la pandémie du coronavirus (COVID-19), qui ravage les populations à travers le monde, le Congo notre pays n’est pas épargné. Suite à l’appel du Chef de l’Etat, son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, à toutes les forces vives de la nation afin de se lever pour participer à cette lutte contre le COVID-19. Plusieurs plateformes ont vu le jour, entre autres la plateforme de la Conférence Épiscopale du Congo ; le Comité D’Appui à la Solidarité Nationale contre le COVID-19. Le Secrétaire Générale de la Conférence Épiscopale du Congo, l’Abbé Brice IBOMBO, a échangé avec la presse sur les biens fondés de ces deux plateformes.

-Monsieur le Secrétaire Général, suite à la création d’une nouvelle plateforme des confessions religieuses au Congo qui doit œuvrer dans la lutte contre le COVID-19, est-ce qu’on peut connaître les missions de cette nouvelle plateforme ?

*Abbé IBOMBO/ Alors, il faut au préalable préciser quelque chose pour répondre à l’appel du Chef de l’Etat, qui a demandé à toutes les forces vives de la nation de participer à cette lutte contre le COVID-19. Une Plateforme au sein de la Conférence Épiscopale du Congo, c’est-à-dire à l’Eglise Catholique, est née  une plateforme composée : du clergé, c’est-à-dire, des prêtres, des religieux et religieuses, mais aussi des fidèles laïques évoluant dans le monde de la santé. Donc, des médecins, des infirmiers, des psychologues et ceux par rapport aussi aux Centres de Santé que nous avons au sein de l’Eglise Catholique dans la ville de Brazzaville et dans tout le pays à travers les Diocèses. Donc, cette plateforme travaille pour le compte de la Conférence Épiscopale du Congo, sinon de l’Eglise Catholique. Mais la réunion que nous venons d’avoir, c’est autre chose. C’est un Comité d’Appui à la Solidarité Nationale contre le COVID-19. Ce comité d’appui est composée : des confessions religieuses  de toutes obédiences ; les confessions religieuses affiliées et celles qui ont accepté de mener ensemble ce combat d’idées et d’actes mais aussi, des ONG et des associations. Donc, on pourra dire que c’est un comité mixte composé à la fois des chrétiens et croyants. Quand je parle religieux, les chrétiens, les croyants parce qu’il y a aussi l’Islam pour les musulmans mais aussi, des organisations de la société civile et des ONG. Donc, c’est le fruit un peu de la réunion que nous venons de tenir, qui fait partie des séances de travail déjà amorcées depuis, disons bientôt voir même un mois. Et puis la suite, je vous le dirai dans la suite des questions.

-Et quel est l’apport de votre commission de façon concrète ?

*Abbé IBOMBO/ De façon concrète, au niveau de la Conférence Épiscopale du Congo, parce que j’interviens aussi dans le cadre des deux plateformes et dont je suis même membre. Au niveau de la Conférence Épiscopale du Congo, notre plateforme a pour but : de sensibiliser la population congolaise d’abord sur l’existence de cette pandémie car vous savez que dans nos quartiers, personne n’y croit, il y a un pessimisme aigu et les gens ne croient pas trop à l’existence de cette pandémie et toutes les raisons sont données, et chacun selon ses convictions et un peu tout. Bref, ils ne s’en préoccupent pas, ils sont pessimistes. Alors, nous voulons au niveau de la Conférence Épiscopale du Congo, tout comme au sein de cette plateforme instituée comité d’appui, nous voulons rappeler, interpeller toutes les congolaises, tous les congolais que la maladie existe bel et bien, nous le voyons à la télé combien de dégâts qu’elle fait même chez nous ! Il y a déjà 10 décès chez nous, et il y a plus de 260 personnes qui sont contaminées. Donc, la maladie existe ! Il est temps de finir avec ce pessimisme et de croire. Voilà notre but, c’est d’abord la sensibilisation sur l’existence de la maladie, sur comment éviter cette maladie ce qu’on appelle les précautions de contamination. Donc, comment éviter cette maladie et là toute les normes ont été données par le gouvernement et l’OMS : le lavement des mains ; la distanciation et le confinement à domicile; ainsi de suite. Bien sûr, il y a la sensibilisation, mais la sensibilisation elle-même ne suffit pas ! Il y a aussi l’accompagnement. Donc, une mission à deux buts d’abord sensibiliser le peuple, la population à travers l’information donnée et l’accompagnement à travers des gestes concrets, par exemple donné du gel hydroalcoolique à la population, des bavettes et là par exemple, je vous parle sans bavette ce n’est pas bon. La plateforme du Comité d’Appui à la Solidarité Nationale, a quelque chose d’extra encore à la mesure du possible pour pouvoir accompagner la population parce que tous nous voulons accompagner et appuyer les actions du gouvernement pour que ces programmes atteignent toute la population toutes les couches sociales et c’est dans ce sens que nous devons répondre aussi aux attentes de la population et que dit la population aujourd’hui, oui ! Vous nous donnez des règles mais nous souffrons, les gens qui vivent du jour au jour sont obligés de sortir pour aller au marché faire des petites bricoles pour avoir quelque chose et donc, à la mesure du possible, et le gouvernement a déjà commencé à aider les familles vulnérables et nous devons appuyer le gouvernement pour ce service pour rendre aussi visible l’église, la figure de l’église car la mission principale de l’église est  l’annonce de l’évangile et l’annonce de l’évangile suit la logique de Jésus Christ lui-même le grand pédagogue. Lui, il a annoncé la parole puis il donnait à manger aux affamés, à boire aux assoiffés, il faisait marcher les boiteux. Donc, l’évangile implique la prédication et les gestes concrets, d’où la mission de la plateforme.

-Vous dites, qu’il y aura des mesures d’accompagnement. Vous comptez sur quel financement ?

*Abbé IBOMBO/ Merci pour cette question, elle est vraiment primordiale. Nous comptons sur quel financement ? Au niveau de la plateforme de l’Eglise Catholique, nous avons commencé les cotisations entre nous et que chaque congrégation religieuse a donné quelque chose. Donc, nous partons d’abord avec nos propres moyens, nos propres cotisations même si, c’est un peu maigre, peu importe. Par exemple, dès lundi, la plateforme de la Conférence Épiscopale sera déjà sur le terrain mais, avec les moyens de bord qui lui sont propres, nous n’avons pas eu un financement venant de l’extérieur, nous n’avons pas eu une aide venant d’une association ou d’un bienfaiteur. Mais, c’est nous même malgré nos difficultés du moment alors que vous savez que les églises vivent de la quête, elles vivent des donations, toutes sont fermées, même nous-même, nous sommes des pauvres. Mais malgré cela, nous nous contentons chacun comme on dit qu’une bonne dame ne donne que ce qu’elle a. Alors, nous aussi nous nous sommes retroussés nos poches pour pratiquer une petite charité envers les autres, en donnant nous-même quelque chose. Vous savez qu’à travers ce petit fonds nous avons acheté l’essentiel des bavettes à remettre aux jeunes que nous allons distribuer à la population. Vous savez, en premier temps, nous comptons sur notre propre force, c’est ce qu’on appelle l’autofinancement avec nos propres ressources et au deuxième moment, et c’est un appel que je lance que ça soit pour les plateformes de l’Eglise Catholique ou qu’il soit pour la plateforme des confessions religieuses, nous comptons sur les gens de bonne volonté ; les donateurs, peu importe leurs obédiences, peu importe là où ils sont, nous sommes là et nous attendons ce que vous pouvez nous offrir pour que nous aussi, nous puissions aller le remettre à la population, qui souffre, qui attend de nous en ces temps difficiles des gestes concrets de solidarité.

-Quel est votre dernier message aux fidèles ?

*Abbé IBOMBO/ Le dernier message aux fidèles, et à toute la population, nous disons que l’homme de Dieu ne parle pas seulement aux fidèles mais, à toute la population, comme le disait le Pape Jean Paul II, « l’homme est la roue de l’église ». Le dernier mot, c’est celui d’inviter toute la population à être consciente de l’existence de cette pandémie ; de respecter ce que les autorités disent, « toute autorité vient de Dieu » : mais aussi de prier afin que notre Dieu, le Dieu de miséricorde ne nous abandonne jamais, qu’Il manifeste encore aujourd’hui, sa miséricorde. Nous avons déjà prié depuis et les résultats sont là ; il y a des vaccins, il y a des médicaments qui se découvrent le jour au jour, nous louons le Seigneur, nous bénissons le Seigneur et nous demandons à toute et à tous d’être généraux en cette période, que chacun aide le voisin à côté, celui qui a, qu’il donne à l’autre, que l’on sente vraiment la solidarité. N’attendons pas tout du gouvernement mais ce que chacun peut faire du bien pour aider son frère, qu’il le fasse. Car, Dieu aime celui, qui donne avec joie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents