Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AFRIKYA  INFOS MEDIAS NET

AFRIKYA INFOS MEDIAS NET

Quotidien des informations générales du Congo Brazzaville et de l'Etranger


« Mener une campagne de sensibilisation sur la nécessité d’interdire les essais nucléaires et de pousser le politique de continuer à travailler pour l’édification d’un monde plus sûr », a déclaré le Dr Martin NDOLLO

Publié par André LOUNDA et Ange Armel MAPOUATA sur 27 Août 2020, 23:06pm

Catégories : #Sciences et Innovations

La Journée Mondiale contre les essais nucléaires est célébrée le 29 août de chaque année. Ainsi le Dr Martin NDOLLO, Maître de Conférences CAMES, Chef de Parcours Master Physique Chimie, Enseignant à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université Marien N’GOUABI, s’est prêté au micro du Journal en ligne « GéoAfriqueMédias » en donnant la quintessence de cette journée.

Q1 : Le 29 août de chaque année, la communauté internationale célèbre la journée mondiale contre les essais nucléaires. Dr, vous en votre qualité d’enseignant, que représente cette journée au sein de la communauté scientifique congolaise ?

Dr Martin NDOLLO : Avant de répondre à votre question, je vais d’abord commencer par vous remercier parce que vous m’avez choisi, pour parler du nucléaire, à l’occasion de la célébration de la journée internationale contre les essais nucléaires. Je précise aussi que, je réponds à votre question en ma qualité de physicien, n’étant pas mandaté par la communauté scientifique congolaise pour parler en son nom.

Pour répondre à votre question, j’aimerai vous dire que l’une des applications très nombreuses de la physique nucléaire, est l’arme nucléaire. Je rappelle ce qui s’était passée en 1945 au Japon, lorsque les américains avaient largué leurs bombes, successivement sur Hiroshima et Nagasaki. Le peuple japonais était sorti de la 2ème guerre mondiale meurtri. Depuis, les grandes puissances nucléaires, pour des raisons de domination et afin de montrer au monde leur puissance militaire, ne cessent de procéder à des essais nucléaires, d’abord dans l’atmosphère, puis de façon souterraine et marine, ce qui constitue une menace pour l’environnement et la survie de l’homme.

Peu à peu, il y a eu cette prise de conscience des dégâts occasionnés pendant ces campagnes d’essai et est né la volonté pour certains pays de militer pour la limitation des armes nucléaires et de renoncer aux essais nucléaires. En 1996, un traité sur l’interdiction totale des essais nucléaires a été alors ouvert à la signature et c’est en 2009, que les Nations Unies ont proclamé la création de cette journée internationale contre les essais nucléaires et choisi pour célébrer, la date du 29 août.

 Il s’agit là d’un événement important pour le scientifique en général, et pour le physicien en particulier, puisqu’il nous permet de se rappeler des conséquences de la puissance de feu de l’arme nucléaire et ainsi, de mener une campagne de sensibilisation sur la nécessité d’interdire les essais nucléaires et de pousser le politique de continuer à travailler pour l’édification d’un monde plus sûr. De ce fait, il est aussi tout à fait indiqué pour la communauté scientifique du Congo de jouer ce rôle de sensibilisateur par exemple auprès de l’homme politique.

Q2 : Le secrétaire Général de l’ONU, António Guterres, a déclaré que les essais nucléaires ne laissent derrière eux que des destructions. Le traité d’interdiction complète des essais nucléaires est fondamental si l’on veut éviter d’autres victimes et faire avancer le désarmement nucléaire. Selon vous Dr, est-ce que les hommes des sciences respectent ce traité proposé par les Nations Unies ?

Dr Martin NDOLLO: Le secrétaire Général de l’ONU a bien raison et il ne parle pas au hasard. Mais qu’est-ce que ça donnerait si les hommes des sciences seuls, respectent le traité proposé par l’ONU ? Les hommes des sciences ne sont pas des décideurs au niveau politique. Ils ont, du fait de leur expertise, la mission d’attirer la conscience des hommes sur les conséquences et le devenir de notre planète. Il revient ainsi, surtout aux Chefs d’Etats des pays dotés des technologies nucléaires et bien sûr, de tout autre pays, de respecter scrupuleusement le traité proposé par les Nations Unies. Notre survie à tous en tant qu’humain en dépend.

Q3 : Est-ce que l’utilisation du nucléaire peut-elle contribuer à l’éradication du covid-19 ?

Dr Martin NDOLLO: Le rôle des chercheurs, grâce à la science, est de donner des solutions aux problèmes rencontrés par l’homme dans la vie de tous les jours. Devant une situation telle que celle de la pandémie du covid-19, naturellement, le scientifique est interpellé.

Q4 : Peut-on, au stade actuel, déclarer que l’utilisation du nucléaire peut contribuer à l’éradication du covid-19 ?

Dr Martin NDOLLO: Je pense qu’il est trop tôt de faire une telle affirmation. Mais rien n’est impossible à la science. Certains chercheurs (Freimut Juengling et ses collègues) ont souligné par exemple que la médecine nucléaire a beaucoup à offrir dans la recherche sur le covid. Ces auteurs suggèrent de réutiliser des produits pharmaceutiques de médecine nucléaire établis et d'en développer de nouveaux pour cibler différents aspects du virus.

D’autres comme Lawrence Han Hwee Quek et ses collègues discutent de l'utilisation de la télémédecine à Singapour pour combler le fossé entre les médecins disposant de l'expertise médicale nécessaire et assurer la continuité du service.  Ils pensent que "cette pandémie pourrait déclencher une adoption plus large de la médecine télé-nucléaire dans l'ère post-COVID-19 - non seulement dans le diagnostic et la thérapie, mais aussi dans l'éducation pour les pays en développement.

Au niveau de Brazzaville, Il n’y a pas d’équipe effectuant de la recherche dans le domaine nucléaire et, pour information, je souligne en passant qu’il n’y ‘a même pas, à l’Université Marien N’GOUABI, de physicien ayant le profil de physicien nucléaire.

Q5 : Parlez-nous un peu des programmes d’enseignement des sciences physiques à l’ENS. Est-ce que dans vos programmes, vous prenez en compte le volet nucléaire ?

Dr Martin NDOLLO: L’Ecole Normale Supérieure (ENS) est un établissement de formation des formateurs et des encadreurs dans l’enseignement au secondaire. Se référant au programme du secondaire en sciences physiques dans notre pays et, prenant en compte les contenus des programmes au niveau des autres universités de par le monde, l’ENS avait mis en place un programme qui permet de donner aux futurs enseignants et à ceux qui veulent poursuivre des études de troisième cycle, les bases nécessaires en sciences physiques. Ce programme qui existe depuis l’ancien système CAP CEG -CAPES, a été mis à jour, pour l’adapter aux exigences du nouveau système LMD.

De formation initiale physicien des plasmas, j’ai eu l’occasion de visiter la centrale nucléaire de Fessenheim près de Strasbourg en France en 1982. J’ai aussi, la même année participer aux enseignements sur la fusion nucléaire par confinement magnétique au Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble (CENG). En ma qualité de Responsable des enseignements de physique atomique et nucléaire à l’ENS depuis 1993 d’une part, et de Chef de Département des Sciences Exactes pendant la phase d’élaboration des programmes LMD d’autre part, j’ai été un acteur de premier plan lors de la rédaction des programmes de sciences physiques à l’ENS. Je suis ainsi bien placé pour vous dire que ‘’le volet nucléaire a été effectivement pris en compte’’.

Q6 : Quel est votre mot de la fin ?

Dr Martin NDOLLO: Je vous remercie une fois de plus et, vous encourage dans votre quête de l’information. Je loue votre effort et vous exhorte de continuer à œuvrer afin de mettre à la disposition des lecteurs des informations qui sortent des sentiers battus de la politique politicienne.

Notons qu’Antonio GUTERRES, Secrétaire Général des Nations Unies a déclaré que La menace nucléaire s’accentue une fois de plus. L’interdiction complète des essais nucléaires constitue une étape essentielle à franchir si l’on veut empêcher l’amélioration qualitative et quantitative des armes nucléaires et parvenir au désarmement nucléaire.

Signalons que le Dr Martin NDOLLO, est né le 11 Août 1957 à Mouyondzi (Congo), Marié et père de huit enfants, il a fait ses études primaires et secondaire à Mouyondzi  et en 1977, il a obtenu son Baccalauréat, série C, au  Lycée Eméry Patrice LUMUMBA à Brazzaville ; Licence de physique, Faculté des Sciences (Université M. N'GOUABI en 1980 ; Maîtrise de physique, Faculté des Sciences (Université de Nancy I), 1982, Nancy (FRANCE) ; D.E.A. de physique des gaz et des plasmas, Faculté des Sciences (Université de Nancy I), 1982, Nancy (FRANCE) ;

Doctorat de 3ème cycle de physique des gaz et des plasmas, Faculté des Sciences (Université de Nancy I), 1985, Nancy (FRANCE) ; Doctorat de l’université (Thèse Unique) de Physique et Chimie des surfaces, 2014, Faculté des Sciences et Techniques (Université Marien N’GOUABI), Brazzaville CONGO. Il a soutenu deux thèses à savoir : Etude théorique de l’adsorption et de la décomposition du méthanol sur la surface d’or (Au) idéale, Thèse de Doctorat Unique de Physique et Chimie des surfaces, Université Marien N’GOUABI, Congo (2014) ; Elargissement Stark des raies spectrales et mise en évidence des raies satellites des transitions interdites dans un plasma créé à partir d'une cathode liquide, Thèse de 3ème cycle de physique des gaz et des plasmas, Université de Nancy I, France (1985). Dans son parcours professionnel :   

  • 2015 : Maitre de Conférences CAMES, Ecole Normale Supérieure (ENS), Université Marien N’GOUABI, Brazzaville (CONGO)
  • 2015- : Chef  de Parcours Master Physique – Chimie à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), Université Marien N'GOUABI.
  • 2004 - 2015 : Maître – Assistant CAMES, Ecole Normale Supérieure (ENS), Université Marien N'GOUABI, Brazzaville (CONGO).
  • 2006 - 2010 : Chef du Département des Sciences Exactes de l’École Normale Supérieure, Université Marien N'GOUABI, Brazzaville
  • 2001 : Enseignant permanent – Assistant à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), Université M. N’GOUABI, Brazzaville
  • 2001 - 2006 : Responsable du Laboratoire pédagogique de physique de l’ENS
  • 1987 – 2001 : Enseignant vacataire - Chargé de Cours à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), Université M. N'GOUABI.

Il a mainte fois participé à des jurys de thèse : Membre du jury (Rapporteur interne) de la thèse de Doctorat (Thèse Unique) de Mr    LIDINGA MOBONDA, soutenue en 2017 à la Chaire UNESCO des Sciences  de l’Ingénieur  de  l’Ecole Supérieure Polytechnique (ENSP), Université Marien N’GOUABI.

Membre du jury (Rapporteur interne) de la thèse de Doctorat (Thèse Unique) de Mr LOMANGA OKANA Aubin Lauril, soutenue en 2019 à la Faculté des Sciences et Techniques (FST) de l’Université Marien N’GOUABI.

Membre du jury (Examinateur) de la thèse de Doctorat (Thèse Unique) de Mr MABIALA POATY, soutenue en 2019 à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Marien N’GOUABI.

Membre du jury (Rapporteur interne) de la thèse de Mr N’KOUKA MOUKENGUE Charmolavy Goslavy Lionel, soutenue en 2020 à la Chaire UNESCO des Sciences de l’Ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP).

 

Egalement ; il a participé  à plusieurs colloques, séminaires et conférences suivants :          *1st Regional African School on Electronic Structure Methods and Applications (RASESMA 01), Brazzaville – Congo, April 21st – 26th, 2013.

*7th International Workshop on contemporary problems in Mathematical Physics (COPROMATH 7), Cotonou – Benin, October 29th – November 04th, 2011

*Active Learning in Optics and Photonic (ALOP 2008), Douala - Cameroun, December 01st – 07th, 2008

*Colloque « Collision et Rayonnement », Orléans – France, Septembre 1983.

*Organisation et Conduite des projets : 13 – 17 mars 2000, ENSPM – Formation Industrie, Rueil – Malmaison – FRANCE

*Economie et Gestion en Exploration/Production : 20 – 24 mars 2000, ENSPM – Formation Industrie, Rueil – Malmaison – FRANCE

 

Le Dr Martin NDOLLO, a  déjà réalisé plusieurs publications scientifiques

1. L. Malonga Matanou, B. R. Malonda-Boungou, M. Ndollo, M. D. Nkoua Ngavouka, P. S.       Moussounda, A. T. Ragi and B. MPassi Mabiala, Isocyanic acid (HNCO) adsorption on the at and defective Rh(001) surfaces: Pure3 DFT and DFT+ vdW calculations, (2019) Journal of Physics and Chemistry of Solids. DOI: 10.1016/j.jpcs.2019.109162

2. G. B. Bouka-Pivoteau, M. N'dollo, B. R. Malonda-Boungou, B. Maloumbi,

P. S. Moussounda and T. Dintzer, DFT Study of Methyl (CH3) and Hydroxyl (OH) Adsorption

on A Gold (001) Surface, Surface Review and Letters, 1850198  : World Scientifc

Publishing   Company – (2018) DOI:  10.1142/S0218625X18501986

3. C. C. Boungou, M. N’dollo, B. R. Malonda-Boungou, P. S. Moussounda and T. Dintzer,

 Theoretical Simulation of Isocyanate (NCO) Adsorption on the Ag(001) Surface, Journal of

 the Korean Physical Society, 68 (2016) 1192

 4. M. N’dollo, P. S. Moussounda, T. Dintzer, F. Garin, A Density Functional Theory

 Study of Methoxy and Atomic Hydrogen Chemisorption on    Au(100)   Surface, Journal

 of Modern Physics, 4 (2013) 409

 5. P. S. Moussounda, M Ndollo, T. Dintzer, J. C. Mayela Nkouka  and F. Garin,

  Adsorption of NO on Pt(100) from first principles, Phys. Scr. 87 (2013) 055601 (7pp)

 6. M. N'dollo, P.S. Moussounda, T. Dintzer, B. M'Passi-Mabiala and F. Garin,

  Density functional theory (DFT) investigation of the adsorption of the CH3OH/Au(100) system,

   Surf. Interface Anal. 45  (2013) 1410

 7. M. Ndollo and P. S. Moussounda, The use of ab initio potential curves for analysis pressure

  broadening of argon lines, Phys. Scr. 79 (2009) 015305 (5pp)

 8. M. N'dollo and J. Donga– Passi, Modified semi empirical calculations of the Ga II Stark

  widths  in the visible spectral region, Phys. Scr. 74 (2006) 208

 9. M. Fabry, G. Henrion et M. N'dollo, Etude expérimentale des raies satellites des

  transitions interdites 3P – nF du sodium, Annales de physique, colloque n°1,

   suppl. au n°2,  vol.13, (Avril 1988)

  10. M. N'dollo and M. Fabry, Stark broadening of neutral and singly ionized gallium and

   indium lines, J. Physique 48, (1987) 703

  11. M. Fabry et M. N’dollo, Mise en évidence des raies satellites des transitions interdites

    3P – nF du sodium, J. Physique 46, (1986) 809.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents